Sol sous pression

Approches pour sa protection

Sa définition laisse peu de place au doute : « Base existentielle capitale pour les plantes et directement ou indirectement pour les hommes et les animaux ». Le sol est le fondement de tout. A partir de ce constat, il est impératif de le protéger. L’érosion, c’est-à-dire l’enlèvement de sol fertile par le vent ou l’eau, représente une, si ce n’est la principale, menace.   

Plus que des cultures intermédiaires

Qui se penche sur le sujet constate rapidement que les considérations isolées n’apportent rien. Le Dr Jana Epperlein résume l’objectif de toutes les mesures de protection  par la  « Remise en forme du sol».

 L’experte de la Société pour la protection du sol (GKB) située à Neuenhagen près de Berlin explique :: « Un sol couvert est protégé et vivant. » Selon Epperlein, les résidus de récoltes ne suffisent pas pour cette protection ; il faudrait une vraie couverture végétale. La scientifique considère les cultures intermédiaires comme une méthode, mais pas la seule, et appelle à plus de créativité dans la production agricole, par exemple les cultures mixtes.

Du fait de la progression du changement climatique, les agriculteurs du monde entier doivent réfléchir à la manière de protéger leurs sols contre l’érosion, car les phénomènes météorologiques extrêmes devraient augmenter. Et quant à la protection du sol, ils ne devraient pas agir superficiellement, aux sens propre et figuré.: Les producteurs doivent également s’intéresser et protéger les structures souterraines et la vie du sol.

La résistance des sols a ses limites

Le tassement des sols est une réelle problématique dont résulte la déstructuration des sols et la perte de vivant. Les classiques pneus à pression contrôlée ou pneus jumelés des machines agricoles,limitent l’impact au sol des machines. Il s’agit par principe de bien planifier les passages ou comme il est indiqué dans la fiche technique de la DLG « Préservation du sol dans l’utilisation de machines agricoles » : « La résistance mécanique des sols a ses limites. L’objectif doit être de soutenir les poids et les forces de traction des machines agricoles sur des sols résistants en minimisant les traces. »

Il est possible d’augmenter la résistance du sol, comme l’atteste une citation extraite de la fiche technique de la DLG : « Les procédés de travail du sol qui réduisent la fréquence, l’intensité et la force de pénétration renforcent la portance du sol. » Dans le cas d’une agriculture de conservation, la praticabilité des sols est souvent bonne, même à l’état très humide. Pour autant pour préserver les sols, il ne vaut mieux pas exécuter des travaux des champs dans ces conditions, rappellent les experts de la DLG.    

A chaque type de sol sa protection

La protection systématique du sol associe solutions techniques et mesures concernant la végétation, telles que les sous-semis qui réduisent ou empêchent l’érosion (« ravinement ») dans les cultures arables. La liste pourrait être longue et conduire encore plus loin dans les détails, car en fonction du type de sol et des cultures en place diverses stratégies peuvent être appliquées.

La « World Reference Base for Soil Resources » distingue 32 groupes de sols de référence, eux même sous-divisés en fonction de caractéristiques supplémentaires. Cette diversité des types de sols se reflète dans le thème principal de l’AGRITECHNICA 2019 : Global Farming - Local Responsibility. A chaque sol sa protection spécifique.

Conserver la fertilité naturelle du sol ou l’augmenter dans le cas idéal n’est pas « une fin écologique en soi ». Au contraire, les agriculteurs assurent ainsi leur existence et les fondements de la vie. La protection du sol dans la pratique agricole suppose que les agriculteurs aient conscience de leur responsabilité et disposent du savoir-faire requis. Pour la scientifique des sols Epperlein, tout commence dès la formation et les études. En Allemagne, elle voit à cet égard les universités sur la bonne voie en termes de recherche et d’enseignement. L’experte de la GKB estime toutefois que l’on pourrait en faire un peu plus dans la formation pratique et l’enseignement classique de l’agriculture.

Conclusion:

  • Le sol est le fondement de la vie
  • L’érosion est un problème dans le monde entier
  • Protection systématique du sol comme stratégie
  • Aviver la conscience et transmettre le savoir-faire pour la protection du sol

Combinaisons astucieuses demandées

Protection durable du sol comme solution

La médecine humaine donne l’exemple. Le temps du « beaucoup aide beaucoup » est révolu, pour autant qu’il ait existé. Il n’en va pas autrement dans la protection des cultures. [Lire la suite]

Sol sous pression

Approches pour sa protection

Sa définition laisse peu de place au doute : « Base existentielle capitale pour les plantes et directement ou indirectement pour les hommes et les animaux ». Le sol est le fondement de tout. A partir de ce constat, il est impératif de le protéger. L’érosion, c’est-à-dire l’enlèvement de sol fertile par le vent ou l’eau, représente une, si ce n’est la principale, menace. [Lire la suite]

Responsabilité d’un bien limité

Irrigation dans la pratique

Qu’y a-t-il de commun entre des agriculteurs dans la province de Brandebourg et des producteurs dans le nord de la Namibie ? « Beaucoup de sable dans le sol » pourrait être une réponse. Ce qui est vrai. La réponse « peu d’eau » serait juste aussi. [Lire la suite]

Nach der Ernte

Erträge sicher lagern

Die statistischen Daten weisen eine große Bandbreite auf, doch sicher scheint: Je nach Region und Kulturart gehen deutliche Nutzpflanzenerträge nach der Ernte verloren. Und das gerade in Regionen mit Versorgungsproblemen. Die Verluste entscheiden, ob Betriebe profitabel arbeiten und in vielen Fällen sogar, ob Menschen hungern  [weiterlesen]

Wohl dosiert

Düngemanagement für Profis

Das Thema "Düngung" ist aufgrund der Düngeverordnung präsenter denn je und das weit über die Fachzirkel hinaus.  Alle reden mit, nicht jeder faktenbasiert, und auf politischer Ebene deuten sich weitere Einschränkungen an. Genügend Gründe, um sich der Düngung fachlich zu nähern und Lösungen für die Praxis aufzuzeigen. [weiterlesen]

Netzwerk für die Zukunft

DLG-AgrifutureLab mit landtechnischen Start-ups

Für in Deutschland ansässige Start-ups fördert das Bundesministerium für Wirtschaft und Energie (BMWI) die Teilnahme an einem Gemeinschaftsstand. Dort, wie im AgrifutureLab und der dazugehörigen Start-up Wall, geht es während der AGRITECHNICA vom 12. bis 18. November darum, dass die richtigen Leute sich treffen.  [weiterlesen]

Mehr Intelligenz auf dem Acker

Robotik und Schwarmtechnologie

Größere Arbeitsbreiten, stärkere Motoren oder mehr Durchsatz - quantitatives Wachstum war und ist in der (Land-) Technik ein wichtiger Aspekt. Und selbst wenn es nicht jeder zugibt: Außer der Nützlichkeit schwingt stets Bewunderung vor der schieren Größe mit. Thomas Herlitzius und sein Team gehen einen anderen Weg. [weiterlesen]